La rentrée 2018-2019 en quelques chiffres...

L’enseignement catholique associé à l’État par contrat scolarise un élève français sur cinq.

 

7 364 unités pédagogiques composent les établissements du réseau qui sont associés à l’État en application de la loi Debré de 1959 pour ceux qui relèvent de l’Éducation nationale, ou de la loi Rocard de 1984 pour ceux qui relèvent du ministère de l’Agriculture. Reconnus par les évêques des diocèses où ils sont implantés, ils relèvent d’une tutelle congréganiste ou diocésaine.

 

À la rentrée 2018, 2 099 476 élèves sont accueillis dans ces établissements :

 

- 862 036 dans le 1er degré,

- 1 191 908 dans le 2nd degré et post-bac relevant de l’Éducation nationale

- et 45 532 dans l’enseignement agricole.

 

Les établissements relevant de l’Éducation nationale scolarisent près de 13 875 élèves porteurs d’un handicap.

=> L’enseignement catholique enregistre à la rentrée 2018 une légère progression avec, au total, 1 250 élèves de plus que l’année précédente.
Dans les établissements relevant de l’Éducation nationale, le 1er degré perd 4 426 élèves, le 2d degré en gagne 6 454. La hausse est constatée en collège (+ 6 333), en lycée général (+ 794) et dans le post-bac (+ 1 148 en BTS et CPGE). Les lycées technologiques et professionnels perdent respectivement 334 et 1 487 élèves.
Les lycées agricoles enregistrent quant à eux une baisse de 778 élèves. L’enseignement catholique accueille par ailleurs environ 25 000 apprentis.
En métropole, les effectifs sont à la hausse en Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté, Île-de-France et Occitanie avec des progressions de l’ordre de 0,5 %.


À l’inverse, 5 des 13 nouvelles régions les plus au nord – Hauts-de-France, Grand-Est, Normandie, Bretagne et Pays-de-la-Loire – connaissent une baisse.
Dans les DOM, on observe une forte progression en Guyane. Au total, l’enseignement catholique a accueilli 67 000 élèves supplémentaires depuis 2011.